État préliminaire de la situation

État préliminaire de la situation sur la pratique du vélo comme moyen de transport actif à Montréal

Introduction

BQAM est un atelier communautaire situé sur le site de l’Université du Québec de Montréal (UQAM). Organisme à but non lucratif, BQAM est un espace de ressources, d’échanges et de partages ouvert à tous et regroupe l’ensemble des associations facultaires de l’UQAM. Différentes activités, informelles et formelles, sont organisées afin de développer la pratique du vélo en milieu urbain. Afin de répondre aux besoins des membres, BQAM tente de comprendre leurs réalités et celles du milieu de pratique, le réseau des rues de Montréal. Les raisons de BQAM pour organiser ce colloque sont multiples. Elles répondent, entre autres, à un besoin de ses membres qui s’interrogent sur les enjeux de la place du vélo comme moyen de transport actif à Montréal et qui souhaitent porter un regard plus poussé sur la question.

Le fait de camper la pratique du vélo en milieu urbain dans la dimension du transport actif émerge d’un problème associé à la question du déplacement : un conflit existe entre les individus qui se déplacent de façon autonome et la place des véhicules moteurs dans le réseau routier. La dimension du transport actif réunit des notions, des activités et des pratiques associées au déplacement de la population, elle réorganise l’espace urbain et l’occupation des sols. L’émergence du concept de transport actif a permis, entre autres, de conscientiser la population sur nos modes de vie et de déplacement qui sont fondamentalement organisés autour d’une économie pétrolifère.

Problématique

Après avoir participé à différentes discussions, formelles et informelles, avec des membres de BQAM et procédé à une revue de la littérature, grise et scientifique, sur la question de la pratique du vélo en milieu urbain, il s’avère que le problème est principalement d’ordre transsystémique. En effet, le problème de la pratique du transport actif affectant différentes notions de la vie urbaine est devenu un objet d’intervention et de recherche transdisciplinaire. Des intervenants et des chercheurs, provenant de différentes disciplines ou domaines, collaborent dans une optique de transversalité afin de comprendre les différentes facettes de la problématique du transport actif. Nous avons répertorié certains problèmes associés à la pratique du vélo en milieu urbain qui sont interreliés :

  • Infrastructure inadéquate (signalisations, planification, règlements et code de la route, etc.);

    Perte d’autonomie dans les déplacements et sédentarisation;

  • Comportements déraisonnables ou téméraires des piétons, cyclistes et automobilistes;

  • Problème de partage ou de cohabitation de la voie publique;

  • Augmentation des accidents routiers chez les cyclistes et piétons;

  • Les initiatives civiles et actions citoyennes semblent être confrontées à l’inertie des autorités publiques dans l’amélioration ou transformation;

  • Incohérence des politiques municipales et provinciales en matière d’aménagement et de transport;

  • Agressions sur des cyclistes, actes de vandalisme et vols de vélos;

  • Campagne coercitive du service policier;

  • Absence ou manque de consensus sur la question du transport actif au niveau des gouvernements;

  • Pollution atmosphérique et sonore causée par le système de déplacements motorisés, réchauffement climatique et gaz à effets de serre (GES);

  • Établissement de causalités d’un mode vie, qui réduit les déplacements actifs, sur la santé comme les problèmes de surpoids et cardio-vasculaires.

Certes, cette typologie n’est pas exhaustive, mais a le mérite d’exposer l’ampleur et la diversité du problème. En marge des mouvements mondiaux de conscientisation des effets de nos modes de vie sur la santé des populations et l’environnement, nous observons un phénomène émergeant d’initiatives citoyennes qui se mobilisent autour des questions de déplacement en milieu urbain. En définitive, la question du transport actif est la conjonction de plusieurs droits : le droit au déplacement libre et sécuritaire, le droit à la santé, le droit à l’expression, le droit à la qualité de vie et à la préservation de l’environnement, etc.

Émergence de concepts, d’actions et de pratiques

Nous avons répertorié quelques concepts, actions, institutions et pratiques qui émergent en quelque sorte du processus de conscientisation sur la question du déplacement en milieu urbain :

  • Transport actif, transport viable et mobilité durable;

  • Mobilité active, synergie des activités et autonomie de déplacement;

  • Relation entre l’environnement, les modes de déplacement et la qualité de vie;

  • Infrastructures associées au transport actif : rue piétonne, voie mixte « vélo rue », pistes et bandes cyclables, « bike box »;

  • Piétonnisation de voies publiques de façon temporaire ou permanente;

  • Gouvernance et ancrage de l’économie locale dans l’aménagement du territoire;

  • Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE);

  • « Ville à l’échelle humaine »;

  • Ateliers de vélo communautaires;

  • Masse critique, « World Naked Bike Ride », vélo blanc ou fantôme, etc.;

  • Vélo urbain, vélo d’hiver, e-bike et service de vélos en partage;

  • Copenhaguisation ou « effet Copenhague »;

  • Journée internationale sans voiture.

Nous avons établi une typologie d’initiatives, d’actions et de pratiques associées à la question du transport actif qui se manifestent à différents niveaux et sphères :

  • Réappropriation de l’espace urbain et de la voie publique par l’utilisation du vélo comme moyen de transport;

  • Initiatives citoyennes et actions civiles;

  • Création de carnets (blogue), de groupes de discussion et de sites sur Internet dédiés à la question du vélo;

  • Mise en place de services d’aide, de ressources et de formation adressés aux membres et à la communauté;

  • Regroupement de citoyens et d’associations de cyclistes urbains;

  • Dépôt de mémoires par des organismes, associations ou regroupements, dont au Ministère du transport du Québec au sujet d’ajustements ou de modifications du Code de sécurité routière en matière du vélo comme moyen de transport;

  • Reconnaissance de la problématique relative au transport actif par les différentes facultés et départements d’universités;

  • Formations universitaires et recherches scientifiques sur la question du transport actif;

  • Établissement de tables de concertation et de comités de transport actif;

  • Mise en place de services, aux niveaux municipal et provincial, relatifs à la question du transport actif;

  • Offre de services-conseils sur la question du transport actif et d’aménagement;

  • Développement de produits et de services associés à la pratique du vélo en milieu urbain.

Ce bref aperçu illustre cette volonté d’agir et de trouver des solutions qui soient appropriées aux besoins des populations et qui, dans ce contexte, soient viables. Ce premier colloque, organisé par BQAM, va tenter d’établir les bases sur la question du vélo comme moyen de transport actif en rapprochant le monde de la recherche scientifique et celui des pratiques citoyennes.

Organisation d’un colloque portant sur la pratique du vélo comme moyen de transport actif à Montréal

Résultant de cette démarche de réflexion au sein de BQAM, ce colloque vise à franchir les frontières disciplinaires et sectorielles en réunissant les deux mondes, scientifiques et pratiques, afin d’établir des liens dynamiques et durables. Ce premier colloque aborde la question de la pratique du vélo comme moyen de transport actif à Montréal sous deux thèmes :

  • Les moyens de favoriser le transport actif à Montréal, les problématiques soulevées aux pistes de solutions envisageables.
  • L’émergence de l’action communautaire et d’initiative citoyenne dans le domaine du transport actif.

Des chercheurs et des étudiants ainsi que des praticiens et des professionnels ou des associations et des organismes œuvrant dans divers domaines ou secteurs sont invités à présenter et partager leur travail respectif sur la question du transport actif.

Objectifs du colloque 2015

Offrir un espace intersectoriel et interdisciplinaire qui regroupe les mondes de la recherche scientifique et de la pratique citoyenne afin de favoriser le partage et l’échange des savoirs relatifs à la pratique du vélo comme transport actif.